Poésie la vie entière

Petit recueil improvisé de poèmes au fil du temps

— Photo J R Korpa

Poésie la vie entière”, quel titre magnifique ! Combien chacun devrait souhaiter que la vie entière soit poésie, et pour cela œuvrer chaque jour à éveiller son être à une dimension plus large !

Ce titre, que je donne à une nouvelle section de ce blog d'écriture, est celui d'un poème de René Guy Cadou, poète du pays nantais, mort d'un cancer en 1951 à l'age de 31 ans. Il fait partie des poètes dits de l'école de Rochefort, mouvement créé en 1941, en pleine occupation allemande, en réaction à la “poésie nationale” et traditionnelle prônée par le Gouvernement de Vichy. Ces poètes célébraient une démarche de liberté d'expression individuelle et d'humanisme proche de la nature, ils voulaient dire leurs poèmes à la face du monde, les mêler aux rythmes de la nature, au bruit des arbres, de l'eau, les mêler à la vie.

J'ai découvert très jeune ce poète, dont les œuvres complètes parues chez Seghers en 1978 ont été rééditées en 2001, et je n'ai cessé de le lire et relire depuis, tant j'aime son œuvre généreuse, profondément humaine et sensible. Donner ce titre à cette section de mon blog est une forme d'hommage à celui qui m'accompagne depuis tant d'années.

Dans cette section, je réunirais des poèmes au fur et à mesure de leur écriture ainsi que certains plus anciens, retrouvés en triant les nombreux cartons d'archives de mon récent déménagement.

Vous trouverez l'ensemble de ces écrits ici : Poésie la vie entière. La “table des matières” de cette section se développe ci-dessous : – Aujourd'hui – 29 septembre 2015 – Absence – 28 septembre 2021 – Ici – 31 août 2021 – L'arbre – 26 août 2021 – Pierre et eau – 18 août 2021 – Je suis – mars 2019

26 août 2021 – © Jérôme Nathanaël

Poésie la vie entière

Avec l’amour Avec le ciel Avec le jour Et les souvenirs démêlés un à un Avec le plus faible qui t’aime Avec la plus belle entre toutes Qui te regarde et s'humilie Avec les prisons qui s’éclairent Lorsque tu passes sous les murs Avec l’oiseau Avec les bêtes Qui tremblent de te perdre un jour Poésie la vie entière Je te caresse Aux yeux de tous.

René Guy Cadou | 1920 – 1951 extrait du recueil le Cœur définitif 1946.