Huitième jour – Souffrance du monde

— Photo Mike Labrum

Eïkho hoyétho le-zoïnoh kirioh néémonoh, mélèathi mishpot tsédék yoline boh ve’attoh meratse’him Comment la ville fidèle est-elle devenue une prostituée ? Elle était pleine de justice, la droiture y résidait, et maintenant, des meurtriers. Isaïe 1, 21

Aujourd'hui encore j'ai vu ce dont je ne peux plus me distraire, j'ai vu l'immense souffrance de l'humanité, qui m'a traversé comme un fleuve...

Je l'ai vue dans les yeux de cette femme, qui pleure son ami malade de l'alcool ! J'ai senti sa peine qui tordait son cœur, je me suis approché d'elle, je ne pouvais que poser ma main sur son bras, mettre mes yeux dans ses yeux et lui sourir. Ensuite j'ai un peu fait le pitre, pour la faire rire...

Je l'ai vue dans le pas hésitant de ce vieux moine, courbé sur sa fine canne, qui cherchait le chat Hugo, son maître spirituel ! Je me suis approché de lui, lui ai tendu mon bras pour y prendre appui jusqu'à sa porte. Il m'a demandé avec un sourire de lui lire les psaumes en hébreu.

Faîtes, mon Père du Ciel, que je sois un consolateur ! Aidez-moi à m'ouvrir toujours plus au Vent Fou levé de Nazareth, à servir votre Amour sur la terre, puisque vous avez besoin de mes bras au bout du Vôtre pour le dire ici-bas.

J'ai entendu se ruer vers moi, comme des vagues énormes sans fatigue aucune, — jusqu'à quand ? la rumeur des combats en Afrique ou ailleurs, pour une acre de terre et un pouvoir illusoire, tant de sangs versés, les pleurs des pauvres qui n'ont plus où aller alors que d'autres, plus pauvres encore, s'offrent à grand prix leur instant de tournerie dans le ciel,

J'ai vu les yeux vides et effarés de ceux gonflés de drogue, de mauvaise médecine ou d'alcool, qui titubent telles des ombres en colère ou somnambules sur une terre qu'ils ne reconnaissent plus.

Ô mon Père faîtes de moi un consolateur, que je prenne ce monde dans mes bras et le chérisse, comme le fit votre Second Fils en terre de Palestine !

Kaddish° pour Ton Monde en feu ! éventré par la voracité et la folie des hommes ! Kaddish pour les enfants affamés, kaddish pour les enfants battus, kaddish pour les enfants esclaves, violés, assassinés ! Kaddish ! kaddish ! Yéhé sheméh rabbo mevorakh ! Que Ton Grand Nom soit béni !

Kaddish pour les mères qui pleurent, kaddish pour les mères qui crient, pour les mères en deuil ! Kaddish ! Yéhé sheméh rabbo mevorakh ! Que Ton Grand Nom soit béni !

Kaddish pour Tes filles et Tes fils qui ont perdu l'espérance, kaddish pour ceux qui ne voient plus Ton chemin, puissent-ils revenir à Toi ! Kaddish ! Yéhé sheméh rabbo mevorakh ! Que Ton Grand Nom soit béni !

Que Ton Grand Nom soit béni !

17 août 2021 – © Jérôme Nathanaël

° kaddish, en hébreu : קדיש qaddish, sanctification, est l'une des pièces centrales de la liturgie juive qui a pour thème la glorification et sanctification du Nom divin, en référence à l'une des visions eschatologiques d'Ézéchiel. Plusieurs versions existent, la plus connue étant celle des endeuillés, bien que le kaddish ne comporte aucune allusion aux morts ni à leur résurrection.

— Photo Jen Theodore

Accueil | Le silence des heures PrésentationTextes