Poésie la vie entière

in le Blog Spirituel de Jérôme Nathanaël

Aujourd'hui

Aujourd'hui j'ai vu : – un écureuil, – un chien à trois pattes, – un extra – terrestre. L'écureuil courait de branche en branche, s'arrêtait et me regardait d'un air coquin. Il m'a lavé de ma tristesse à vivre au milieu de la violence et de l'immobilisme. Le chien à trois pattes courait comme s'il en avait quatre. Il m'a impressionné par sa faculté d'adaptation et sa vitalité. L'extra-terrestre tapait sur les fûts de sa batterie de jazz en ouvrant des pistes vers le ciel, je m'y suis engouffré avec lui en soufflant dans mon vieux pote le saxo. En fait, nous étions deux extra-terrestres, vagabonds des étoiles et des sons. Belle journée vraiment et gratitude pour l'univers si généreux...

29 septembre 2015

© Jérôme Nathanaël

Accueil | Poésie la vie entière PrésentationPoésies

Absence

La tente est vide où Tu parlas jadis

Ailleurs encore les murs tremblent de Ta voix disparue

Nous restent les livres où nous cherchons la Source au delà de Tes mots trop humains

Nous reste la soif la soif inextinguible d'Etre

qui nous fait devenir et traverser les déserts arides de l'Ici

22 Tishri 5782 – Shemini Atseret

© Jérôme Nathanaël

— Photo Sebastian Bjune

Accueil | Poésie la vie entière PrésentationPoésies

Ici

au lieu de profond silence pointe immobile incandescente graine de vie infinie temple archipel séminal Tu es quand je suis incommune mesure de l'immense et de l'infime

ici Tu pousses Ta main dans ma main quand je T'accueille uniquement Tu es ma Vie si je suis la Tienne si je suis l'ouvrier pour Ton jardin Tu façonnes Ta terre avec mes mains Tu parles avec ma bouche Tu aimes avec mon coeur

31 août 2021
© Jérôme Nathanaël

— Photo Gabriel Jimenez

Accueil | Poésie la vie entière PrésentationPoésies

L'arbre

Sous la ramure de l'arbre dans la résonance du vert et du jaune j'écoute immobile le dialogue des oiseaux

plus loin les ronflements des véhicules portent leurs bagages humains de place en place

Je me tiens là le regard large le souffle tranquille des mots vagabonds passent sans me retenir

Tout est si simple pour qui renonce en soi au vaste jeu du monde

Une haleine vivante et douce s'est abritée en moi pour l'éternité

26 août 2021
© Jérôme Nathanaël

— Photo Ravi Roshan

Accueil | Poésie la vie entière PrésentationPoésies

Pierre et eau

L'eau a taillé la pierre patiemment

D'effort en effort longuement

Ramenant des fonds coquilles et débris poussés par les vents

Broutilles infimes après poussières presque rien

L'eau a vaincu la pierre ennoblie par le temps de retour en retour toujours recommençant

Rencontre extrême épousailles infinies que mon oeil contemple un bref instant

Comment saisir en ma pensée cet horizon trop grand pour ma brève marche ?

Emerveillement présence intense coeur reconnaissant

J'échappe un instant à l'étroitesse du temps

18 août 2021 © Jérôme Nathanaël

—– Photo © Jérôme Nathanaël —-

Accueil | Poésie la vie entière PrésentationPoésies

Je suis

Je suis de tous les départs de toutes les errances

partout j’ai connu le froid la faim et la peine mais la joie aussi immense et pleine braise de l’infini j’étais sous les étoiles

Je suis l’enfant des arbres et des montagnes les chants d’oiseaux voltigent dans mes rêves je ne connais pas la limite je mange le pain des sources la lune est mon auberge

Je suis l’hébreu rupture radicale la blessure du ciel a saigné sur moi son or et ses vertiges je frappe sans cesse à la porte des mystères je chanterais demain Ton Nom à Jérusalem

Je suis l’insoumis esclave ils me veulent les voleurs de terre qui battent et tuent depuis la nuit des temps le numéro de leur cage de fer sur mon bras tracé depuis mon premier souffle je l’ai brûlé mélangé dans mes cendres et mon sang pour ne jamais oublier ne jamais oublier

Je n’appartiens à aucune loi qui déchire la Vie en rognures de foire pour les chiens perdus je suis tissé de la Vie l’immense Vie que rien ne peut enfermer le pain de la Vie libre qu’on partage dans l’amour Ta Parole seule est mon viatique, ô Père, Toi qui habite en moi comme dans Tes infinis !

Je suis le pauvre soufi presque halluciné d’avoir tant tourné et je tourne et je tourne nouvel axe du monde mon pied dans la terre ma main crochée au ciel et la Sève coule en moi je suis un écrin doré où habite l’Éternel

Je suis le frère de Yéchou je bouscule les marchands de tous les temples ils l’ont cloué avec leurs dogmes traîné sa croix comme un étendard pour marquer leurs conquêtes mais la Vie est plus forte que la mort et le mensonge

Je suis l’homme du nouveau monde je l’aperçois très loin là-bas à l’horizon bleuté

les fracas et les larmes ont cessé les humains ne sont plus séparés concurrents ils ont mis en commun leurs talents de lumière leurs possibles d’amour tout le sublime de leur être

chacun connaît son juste chemin nul ne réduit l’autre sous sa règle l’univers entier est dans la liesse car les Adam parlent à nouveau à D.ieu dans la fraîcheur du soir

Adochem hou haElokim° Adochem hou haElokim Adochem hou haElokim

Marseille – mars 2019 © Jérôme Nathanaël

° יְהוָה הוּא הָֽאֱלֹהִים – Adochem hou haElokim – “l’Éternel est D.ieu”, Deut. 4:39

Accueil | Poésie la vie entière PrésentationPoésies